1. LE PROJET

L’objectif du Sanctuaire et de fournir:

-        Aux dauphins des aquariums d’Europe une lagune naturelle dans laquelle ils peuvent prendre leur retraite après une vie dans des delphinarium ou projets de recherche. Le comportement sauvage sera encouragé pour enrichir et stimuler les animaux qui recevront les meilleurs soins possibles. 

-       Une réhabilitation innovante et naturelle pour les espèces marines (dauphins, tortues et phoques) échoués pour réduire le stress sur les animaux et augmenter la probabilité de réhabilitation et de libération. 

-       Une référence pour le développement de protocoles qui serviront comme modèles pour futurs sanctuaires pour dauphins partout au monde.

Le travail préliminaire pour la selection du site et planification a été initié en 2010. Cinq sites potentiels pour le sanctuaire ont été identifiés autour de cinq îles dans l’est de la mer Égée. Après une analyse compréhensive des caractéristiques de chaque site et des discussions avec les communautés et autorités locales, la baie Vroulia sur l'île de Lipsi a été sélectionnée pour être le premier site a être développé. Suivant l’identification du site, il a fallu deux ans pour suffisament préparer les communautés locales et communiquer avec les autorités locales et régionales. Cette préparation a aussi été complétée dans deux autres baies d'îles avoisinantes qui pourront aussi servir de sanctuaires si plus d’emplacements deviennent nécessaires pour accueillir davantage de dauphins.

La location du bâtiment et des terrains environnants, et la préparation du terrain pour le transformer en site convenable a commencé en 2015. Depuis, les travaux ont commencé et un réseau international d'experts et de scientifiques s'est développé; qui contribuent au développement du protocole et de nombreux autres aspects de cette entreprise.

Le Sanctuaire de Vie Marine de la mer Égée reçoit énormément de soutien de la part de la communauté de Lipsi et de ses îles avoisinantes et nous travaillons en coopération avec la municipalité de Lipsi et les autorités locales et régionales compétentes. Ces dernières soutiennent toutes les procédures pour l'obtention des différents permis pour la construction et le fonctionnement du Sanctuaire de Vie Marine de la Mer  Égée.

Le maire de Lipsi, Mr. Fotis Maggos a déclaré au sujet du projet: <<Nous sommes honorés qu’un tel effort de conservation ait lieu sur notre île de Lipsi. La communauté locale s’engage pleinement dans le projet et nous sommes impatients de soutenir à long terme les efforts misés sur ce projet>>. Additionnellement, l'économie locale bénéficiera de nombreux scientifiques, chercheurs et étudiants qui viendront à Lipsi pour visiter le Sanctuaire. Au niveau national, il y a un soutien considérable qui ne fait que grandir avec la progression du projet.

Pour compléter la première phase, un minimum de $600,000 est absolument nécessaire. La première phase inclut les obtentions des permis et autorisations pour le fonctionnement du Sanctuaire, du centre de réhabilitation, de l'unité vétérinaire, des frais de construction ainsi que les différents équipements pour la base fonctionnelle et la clinique vétérinaire du Sanctuaire.

Il y a aussi d’autres frais associés au développement de référence liés au fonctionnement du Sanctuaire de Vie Marine de la Mer Égée. Comme le financement devient progressivement disponible et le besoin de créer le premier Sanctuaire est immédiat,  l'Institut Archipelagos et ses partenaires ont décidé de financer eux-mêmes les frais de développement et de test des protocoles. Cela permet une efficacité maximale dans ce processus, afin de ne pas perdre un temps précieux.

Le Sanctuaire de Vie Marine de la mer Égée s'efforcera de fonctionner durablement pour réduire les coûts d'exploitation de l'installation. Une fois le Sanctuaire terminé, le financement viendra des sources suivantes:

-       L'entité qui libère les dauphins pour le Sanctuaire: les organismes qui fourniront potentiellement des dauphins dans le Sanctuaire de Vie Marine de la mer Égée seront exigés exigés d'assurer la disponibilité de fonds suffisants pour permettre le soin des dauphins à vie.

-       Dons: L'institut Archipelagos facilitera la collecte de fonds au grand public en continu et la communication auprès des anciens donneurs qui pourront être une source de fonds continue. Le Sanctuaire de Vie Marine de la mer Égée a reçu un fort intérêt de la part de plusieurs fondations, en Grèce et à l'international, mais aussi de grandes sociétés de Grecs implantés à l'étranger. En outre, l’Institut Archipelagos travail en permanence avec des ONG internationales et des consultants pour lever des fonds pour le projet.

-       Programmes éducatifs: Le Sanctuaire de Vie Marine de la mer Égée sera un centre de formation pour les vétérinaires et les autorités nationales en plus d’un centre de recherche pour les scientifiques marins. Les frais de formation de ces cours couvriront en partie les coûts opérationnels du Sanctuaire. L'Institut Archipelagos a 17 ans d'expérience dans la formation d’étudiants et scientifiques. En 2016, lorsque les premières opportunités de collecte de données initiales ont débuté, plus de 700 étudiants de 22 pays y ont participé.

Actuellement, il n'est pas prévu dans la phase initiale que l'installation soit ouverte au public. Cependant, il y aura des caméras terrestres et sous-marines et des hydrophones placés au tour de la baie, permettant au public de voir les animaux en ligne. Dans une phase plus lointaine du processus de réhabilitation, un centre éducatif sera ouvert au public. Le public sera autorisé à visiter le centre et à suivre un itinéraire éducatif. Il sera possible de regarder en direct les dauphins sur un écran et depuis des fenêtres exposées à la baie sans déranger les animaux.

Une visite au Sanctuaire se fera à base d'invitation uniquement, uniquement axée sur le sauvetage et la réhabilitation. La base de recherche accueillera des chercheurs, des étudiants, des vétérinaires, des techniciens, et dans certaines circonstances, de donateurs. Tous les visiteurs suivront des protocoles et des codes de conduite stricts afin de de ne pas déranger les animaux.

2. EMPLACEMENT

La baie de Vroulia à Lipsi est considérée comme un site idéal pour le Sanctuaire de Vie Marine de la Mer Égée pour les raisons suivantes:

-       présence et activité humaines minimales dans la baie et ses environs.

-       La construction de nouveaux bâtiments est interdite dans cette partie de l'île car le terrain est public.

-       La baie est à l'abri des mers agitées et le profil de température est idéal pour accueillir les dauphins. Pendant les travaux de préparation pour sélectionner le site, les hauteurs de vagues ainsi que d'autres paramètres de la mer (température, pH, salinité, etc.) ont été enregistrés. Il est important de noter que pendant les jours avec de forts vents du nord, la plus grande hauteur de vague enregistrée dans la partie médiane de la baie était de 30 cm, alors qu'elle ne dépassait pas 10 cm dans la partie intérieure de la baie. Cette baie est idéalement abritée pour servir de sanctuaire.

-       Une biodiversité marine élevée, avec 64 espèces autochtones enregistrées jusqu'ici. Dans la zone marine au large, dans l'est de la Mer Égée, de nombreuses espèces marines protégées et en danger ont été enregistrées.

-       Le site est suffisamment éloigné pour minimiser les perturbations humaines, tout en restant de facile accès. Près de l'île de Lipsi, il y a deux aéroports internationaux, sur les îles de Samos et de Kos, ainsi qu'un aéroport plus petit sur l'île de Leros et quatre héliports. Pendant plus de la moitié de l'année il y a des liaisons régulières vers les plus grandes îles avec des bateaux rapides modernes. Pour le reste de l'année, le transport entre les îles voisines est desservi régulièrement par des ferrys mais aussi des plus petits bateaux. Toute l'année, il existe également des liaisons directes en ferry vers le port principal de la Grèce, le Pirée (Athènes).

-       L’enthousiaste soutien de la communauté locale et des autorités fournit des conditions idéales pour que ce projet avance sans aucun obstacle.

La carte ci-dessous montre les spécifications de la zone du Sanctuaire. Le volume d'eau contenu dans la section 1 correspond à 61 piscines olympiques, la section 2 correspond à 165 piscines olympiques et la section 3 correspond à 325 piscines olympiques.

Oui. L'île de Lipsi a été caractérisée comme zone de protection spéciale (SPA en anglais) sous le code GR4210016 et comme site d'importance communautaire (SCI en anglais) sous le code GR4210010 au sein du réseau Natura 2000. Les zones ci-dessus ne sont pas considérées comme des réserves nationales et ne comprennent que des zones terrestres et non marines. Par ailleurs, dans toute la Grèce,162 sites ont été présentés pour être préservés, mais uniquement 24 de ces sites sont aujourd'hui déjà établis comme aires protégées, et Lipsi ne se trouve pas parmi eux.

La capacité réelle du Sanctuaire n'a pas encore été définie et reste un sujet de discussion parmi les experts et les scientifiques impliqués dans le développement du Sanctuaire. On estime qu'il pourra accueillir dix dauphins. Au cours de la première phase, le Sanctuaire accueillera un nombre limité de dauphins. Le nombre exact reste à décider et dépendra de la stratégie exacte que suivra le Sanctuaire. Le Sanctuaire s’assurera à ce que les dauphins soient gardés dans les meilleures conditions de vie possibles; ce qui inclut de leur fournir les soins appropriés pour améliorer leur bien-être physiologique et psychologique. Après leur réhabilitation, le Sanctuaire augmentera sa capacité d'accueil en s'étendant vers les baies environnantes.

Oui. Le plan initial pour le Sanctuaire de Vie Marine de la mer Égée implique seulement un des quatre ‘bras’ de la baie. Avec les accords actuels pour l’utilisations du terrain et des baies, le Sanctuaire a le permis d'étendre ses opérations dans les bras voisins. Il n'a pas été décidé si ces baies supplémentaires seront utilisées comme une extension générale du Sanctuaire ou comme des enclos séparés pour les animaux blessés ou de sexe différents. L'utilisation est autorisée et possible, mais reste flexible en fonction des besoins futurs.

C’est une baie qui est située à l'extrémité d'une île assez peu peuplée. Pendant la saison touristique, il y aura une plus grande présence de bateaux mais avec la construction des barrières, l'installation de bouées et des panneaux informant les touristes de l'importance la zone privée, la circulation des bateaux ne sera pas un facteur perturbant. Lorsque le Sanctuaire sera opérationnel, la zone de la baie sera inaccessible aux bateaux.

Les clôtures en alliage de cuivre seront utilisées pour créer une frontière de sécurité à l'embouchure de la baie. Une fois installées, elles auront une durée de vie d'un vingtaine d'années. Tout ce temps, elles seront constamment surveillées pour éviter tout dommage. De plus, il y aura un système de quai flottant qui servira de barrière entre les dauphins sauvages et ceux du Sanctuaire.

Le Sanctuaire est espace Natura 2000 ce qui interdit le développement dans la zone. La seule autre activité autorisée est l'élevage de bétail. L’Institut de Conservation Marine Archipelagos a établi une relation positive et de coopération avec les agriculteurs sur les terres avoisinantes. Le nombre d'animaux dans les environs est faible et les agriculteurs locaux s’assureront que les animaux soient regroupés loin de la baie. À l'entrée de la zone du Sanctuaire, il y a une clôture et un panneau interdisant l’entrée à 800m de la baie. L'entrée sans permis à cet endroit est illégale et les intrus peuvent faire l'objet de poursuites directes, en vertu d'une loi contre le vol de bétail. Concernant l'accès au site depuis la mer, dès la délivrance de la première licence il y aura une réglementation locale délivrée par l'autorité portuaire locale, qui définira une zone marine dans laquelle l'accès sera interdit. De plus, les visiteurs invités seront seulement des chercheurs universitaires qui viseront à contribuer et à élargir les connaissances acquises de ce sanctuaire, des représentants du gouvernement et un nombre limité de groupes d'élèves de petites écoles. La priorité sera donnée aux petites écoles de la région avoisinante afin de remercier la communauté pour le soutien apporté au Sanctuaire.

Le Sanctuaire et ses installations seront entièrement équipés avec tous les services et équipements nécessaires pour s’assurer que les dauphins autrefois captifs puissent recevoir tous les soins requis. Le Sanctuaire sera totalement autonome et utilisera des sources d’énergie renouvelable. Une station hybride d’énergie renouvelable (six panneaux photovoltaïques, une éolienne) et un générateur électrique seront installés ainsi qu’une unité de production de biodiesel à partir d’huiles de cuisson recyclées. La communication sera possible grâce à une base satellite téléphone/internet (il n’y a pas de couverture réseau dans cette zone) alimentée par la station d’énergie renouvelable. L’approvisionnement en eau sera autant que possible autonome, par la récupération de l’eau de pluie et par désalinisation de l’eau de mer avec l’utilisation le moins souvent possible de sources extérieures.

3. ENVIRONNEMENT

Un consultation d’experts avec de nombreuses années d’expérience dans la conduite d’études d’impact sur l’environnement (EIA en anglais) dans des zones protégés d’importance écologique à été engagée afin de réaliser l’EIA pour ce projet. Ils vont aussi conduire une série d’autres évaluations afin de préparer les documents nécessaires pour l’obtention des licences pour l’exploitation du Sanctuaire.

Le courant marin entre et sort de la baie et les limites de sécurité qui maintiennent les dauphins dans la zone auront les caractéristiques nécessaires pour assurer un débit optimal. Une pompe à hélice fonctionnant à l’énergie solaire sera installée dans la baie pour compléter le courant existant. Cela aidera à déplacer les déchets hors de la baie vers le bord de l’île, où les courants plus importants vont les disperser, empêchant ainsi leur accumulation. La pompe à hélice à été conçue pour avoir la plus petite production sonore possible. De plus, l’Institut Archipelagos va travailler sur l’augmentation des détritivores (i.e. holothuries) qui accélèrent la décomposition de la matière organique.

L’écosystème marin de la baie est très diversifié, constitué de prairies d’herbes marines qui abritent de nombreux organismes vivants. Plus de 30 espèces de poissons, 30 espèces d’invertébrés et 1 espèce de tortue de mer ont été enregistrés dans la baie à ce jour. Dans le but de maintenir un écosystème sain une fois que les dauphins seront arrivés, le Sanctuaire va travailler sur l’enrichissement de la baie en y introduisant différentes espèces de poissons, d’invertébrés et favorisant la présence de détritivores marins pour gérer les déchets organiques. De plus, il y aura des tests constants sur la qualité de l’eau. Il reste encore à déterminer la nécessité d’un système d’extraction de matière organique au-delà du courant naturel déjà existant dans le Sanctuaire. De plus, la baie, où le Sanctuaire est implanté, est un habitat naturel pour Tursiops (Tursiops truncatus), où l’animal peut trouver les parfaites conditions en termes de stimuli essentiels à leur santé psychologique et à leur écholocation.

4. GESTION ANIMALE ET SOINS

L’équipe du Sanctuaire de Vie Marine de la Mer Égée va s’assurer que les dauphins auront tous les nutriments nécessaires et aidera chaque individu en fonction de ses besoins spécifiques. Le régime alimentaire, ainsi que l’état nutritionnel des animaux, seront régulièrement examinés par des nutritionnistes spécialisés ainsi que des vétérinaires. La situation idéale attendue est que les dauphins apprennent à chasser des poissons vivants, qui seront introduits pour eux. Les poissons viendront tous d’une pisciculture durable locale.

Pour y parvenir, un protocole de réhabilitation sera appliqué depuis le commencement: en premier lieu, les dauphins seront nourris par la main à la surface comme dans une structure de captivité, ils seront ensuite encouragés à se nourrir sous l’eau en éliminant les interactions à la surface. D’abord, avec du poisson étourdi, puis uniquement avec du poisson vivant. Les dauphins auront l'opportunité de se nourrir par eux-mêmes à tout moment.

Le procédé est progressif, il peut prendre des années pour certains spécimens mais ne jamais aboutir pour d'autres. L’observation des comportements sous-marins avec des caméras et des hydrophones et des contrôles de poids aideront à surveiller leur état de santé, qui sera la priorité absolue du Sanctuaire.

Il n’y aura pas de contact direct entre les dauphins résidents et les dauphins sauvages sauvés. Le Sanctuaire aura deux limites de sécurité, créant une zone de contrôle où les interactions seront évitées. Plus précisément, il y aura un séparation de minimum 10 mètres entre les limites pour éviter la transmission des éclaboussures venant de la respiration des dauphins. La décontamination et la stérilisation des équipements permettront de prévenir toute contamination entre les résidents du Sanctuaire et ceux issus d’un échouage.

Chaque dauphin fera l’objet d’un contrôle épidémiologique complet avant son arrivée et sera placé dans une zone de quarantaine avant son introduction dans l’espace du Sanctuaire.

 

Des études de cas précédentes sur les dauphins ont montré qu’il est possible de relâcher des dauphins ayant été capturés dans la nature et placés en captivité pendant quatre ans ou moins. Pour les animaux dont la période de captivité était plus longue ou pour ceux nés en captivité, la survie dans la nature en autonomie est presque impossible. Les dossiers vétérinaires, les capacités et la situation sociale de chaque individu seront surveillés afin de décider ce qui est le meilleur pour leur sécurité et leur bien-être. Le Sanctuaire vise à fournir des soins à long terme aux dauphins jugés impropres à être relâchés dans la nature.

 

Le Sanctuaire fonctionnera selon une politique stricte de non-reproduction. Selon la structure sociale du groupe arrivant au Sanctuaire, le contrôle de la reproduction sera effectué en maintenant des populations non mixtes, ou en utilisant la contraception sur les femelles.

La recherche n’est pas la priorité du Sanctuaire. Cependant, certaines données et informations pourront être collectées et étudiées sans contact direct avec l’animal, comme les changements de comportement et l’adaptation des animaux à un nouvel environnement. Les dossiers vétérinaires, caméras, hydrophones et différents points de vue pourront être utilisés pour collecter des informations.

 

Il y aura un effort pour limiter au maximum le contact humain. Cependant, cela dépendra du besoin de chaque individu, l'interaction entre les dauphins et le personnel peut être nécessaire pour ceux qui sont nourris à la main ou sous traitement chronique. Les dauphins suivront un processus de désensibilisation au contact humain.

Cela dépend du lieu d’origine du dauphin, ils peuvent le déplacer par avion, bateau ou par la route. Un animal ne peut pas être transporté si un vétérinaire spécialiste le considère inapte au transport. Une civière pour dauphin spécialement conçue sera suspendue dans un support qui peut contenir de l’eau et qui possède de la mousse pour soutenir leur poids. Ils seront continuellement arrosés pour permettre la thermorégulation. Les vétérinaires et les soigneurs de dauphins s’occuperont des animaux pendant le transport, assurant les premiers secours si nécessaire. Les animaux subiront des simulations de transport avant leur transfert vers le Sanctuaire afin de minimiser le stress.

Le Sanctuaire abritera une clinique vétérinaire dotée de tous les équipements nécessaires à la surveillance de la santé et l’application des premiers soins aux dauphins et autres espèces. Y compris le nécessaire pour pratiquer des échographies, des analyses hématologiques ainsi qu’un bassin de quarantaine. Une équipe sera à plein temps sur le site, elle comprendra des vétérinaires spécialisés dans les mammifères marins. Tous les soins médicaux avant, pendant et après la réhabilitation seront apportés ainsi qu’un suivi constant de l’état de santé des animaux. Le personnel surveillera en permanence la condition physique et le comportement des animaux, en ajustant si nécessaire les mesures visant à promouvoir leur santé et bien-être et en signalant tout changement ou toute préoccupation inattendue. Les conditions environnementales seront maintenues stables autant que possible afin de protéger la santé et le bien-être des animaux réduisant le risque de stress et de blessures.

Tous les travaux seront conformes à la législation internationale en matière d’environnement, de santé et de sécurité et aux codes d’usages pour les espèces protégées.

S’il y a une situation où l’intégralité de la sécurité des dauphins est compromise, comme dans le cas d’un déversement de matières dangereuses, les dauphins pourront être extraits de la baie et maintenus à terre dans des bassins de quarantaine.

Dans le cas d’un tremblement de terre ou d’un autre évènement où les installations côtières seraient touchées, un protocole de gestion des urgences sera suivi, qui peut inclure le transport des animaux vers une autre enceinte.

Non. Bien que les orques (Orcinus orca) soient généralement présents dans le détroit de Gibraltar, ils sont considérés comme des espèces occasionnellement rencontrées en Méditerranée. Les caractéristiques naturelles de la baie du Sanctuaire de l’île de Lipsi (profondeur, température, présence de proies, etc.) rendent l’habitat inadapté pour eux.

Pour empêcher la transmission de maladies, d’autres espèces comme les phoques moines (Monachus monachus) et les tortues de mer ne seront pas autorisées dans le même espace que les dauphins provenant des delphinariums. Cependant, le Sanctuaire de la Vie Marine de la Mer Égée fonctionnera comme un centre de réhabilitation pour les mammifères marins, les tortues de mer et les oiseaux et leur fournira une assistance dans tous les domaines, en prenant toutes les mesures de précaution nécessaires pour assurer un environnement sûr pour tous les animaux.

Une équipe disponible 24h/24 sera mise en place et pourra secourir les animaux lors des évènements d’échouage. L’Institut Archipelagos peut compter sur l’aide de spécialistes expérimentés dans la réponse aux échouages. Toutes les espèces marines ayant besoin de premiers soins ou de réadaptation subiront un examen médical et recevront les traitements vétérinaires nécessaires. Si des soins permanents sont impératifs, l’individu restera le temps nécessaire dans une baie du refuge, qui sera séparée des dauphins résidents.

Actuellement, il n’y a pas d’installation en Méditerranée orientale qui puisse fournir un traitement médical aux espèces marines blessées, à l'exception de quelques installation terrestres. Comme la région abrite de nombreuses populations d’espèces marines, les échouages sont inévitables, créant un besoin vital pour un établissement vétérinaire de traiter et de réhabiliter les phoques,  tortues et les dauphins lorsque cela est possible. Puisque le Sanctuaire sera situé dans une baie naturelle, il réduira le stress associé au processus de traitement et de récupération, augmentant ainsi la probabilité d’une libération réussite.

5. COMMENT AIDER?

Nous sommes à un stade critique de quasi-achèvement, et des dauphins attendent d’urgence la finalisation du Sanctuaire. Votre soutien est nécessaire afin de compléter l’infrastructure nécessaire, ainsi que des fonds sûrs pour le fonctionnement durable du projet au cours des prochaines décennies. Vos dons sont impératifs pour financer des éléments tels qu’une limite de sécurité spécifique à l’entrée de la baie du Sanctuaire, des licences gouvernementales et tous les coûts associés à la réalisation de ce projet tant attendu. Fond de démarrage nécessaire : 600 000$ et budget de fonctionnement annuel : 300 000$.

 

Il existe différentes plateformes de collecte de fonds où vous pouvez apporter une contribution financière.

https://www.gofundme.com/greek-sanctuary-for-dolphins

www.justgiving.com/campaigns/charity/orca-rescues/aegeansanctuary

 

TOP